L’école à la maison, Profiter

L’école à la maison, Profiter

Profitez de la présence de vos enfants

La nuit précédente, j’ai fait un gros cauchemar. Il y était question de mort et de Corona virus ! Je me suis réveillée sidérée, et le sentiment est resté une bonne partie de la journée. Jusqu’ici, je pensais « gérer » plutôt bien la situation et que le confinement était plutôt facile pour moi. Mon cerveau me montre qu’il faut tout de même qu’il fasse avec, que la peur est présente, le danger perçu et que cela me travaille vraiment, même si je n’en suis pas pleinement consciente.

Dans la matinée, j’ai écouté cette émission de France Inter, grand bien vous fasse, et le sujet était tout à fait adapté à la situation. Oui, bien sûr ! Le plus important est de profiter les uns des autres, de tous les instants, ensembles ou à distance. La vie, aujourd’hui, nous le rappelle. Le plus important ce sont les relations (même si matériellement, il faut aussi assurer, je vous entends me le murmurer).

De nos longues années d’instruction en famille, ce qui me reste, ce qui me touche, ce qui me réjouis, c’est ce temps que j’ai eu la chance de passer avec mes enfants. Je me suis nourrie de cette relation. Ce n’était pas toujours rose. Je ne m’autorisais pas à me plaindre à l’époque (vous pouvez vous plaindre, vous n’avez pas choisi la situation). Mais cela m’a remplie, d’être avec mes trois garçons, de bien les connaître, de les découvrir avec le temps. Et lorsqu’ils ont quitté le nid familial, je me sentais prête et confiante. Cela ne se dément pas, la relation est toujours intime, mais pas fusionnelle, je ne suis pas du genre à les appeler tous les jours. Je n’ai pas eu la sensation d’avoir raté quelque chose ou que cela soit passé trop vite (cela n’empêche pas la nostalgie quand j’y repense, ou lorsque je tombe sur des photos de l’époque). Et je pense qu’avec les enfants, contrairement à l’adage que l’on voudrait fréquemment nous faire avaler : qu’il n’y a pas de qualité, sans quantité ! Mais ce n’est pas politiquement correct de le dire, puisque cela peut culpabiliser les parents qui travaillent.

Alors voilà, aujourd’hui, je vous propose de penser les choses ainsi. Profitez d’être ensemble, ce temps offert inattendu, en supplément. Profitez, même des ajustements à faire pour tous se supporter, parce que oui, cela ne coule pas de source, tous enfermés dans le même lieu. Mais c’est l’occasion de se connaître, de se découvrir un peu plus, dans d’autres situations, dans nos petites occupations quotidiennes.

Profitez pour découvrir ce que vos enfants aiment à la télévision, ou sur internet, sans les juger, juste pour comprendre pourquoi ils aiment cela. Cela peut-être l’occasion d’un dialogue sur pourquoi vous n’aimez pas, vous. En tachant de ne pas imposer votre avis d’adulte, juste dans le partage.

Profitez pour découvrir leurs petites manies, leurs petites passions, et partager les vôtres, en toute complicité, sans moqueries.

Et lâchez-prise sur ce qui crée de la tension, le chaos ne naîtra pas de là. Lâchez peut-être le scolaire, le ménage, l’alimentation équilibrée, le temps d’écrans, le bruit pour les voisins, les colères plus fréquentes….Lâchez pour être plus détendus, plus disponibles, car oui, les parents sont toujours les piliers de la famille pour les enfants !

Souvenez-vous que nous sommes tous impactés, que nous en soyons conscients ou pas, par ce danger qui rode autour de nous, par ce confinement imposé. Souvenez-vous que chacun le vit à sa façon, et que tous les comportements sont possibles face à cela. Souvenez-vous d’être bienveillant pour les autres et pour vous-même.

Tout ce que je vous raconte depuis le 16 mars va dans ce sens, mais ne vous mettez pas la râte au court-bouillon (j’adore cette expression désuète) si vous n’y arrivez pas, il s’agit juste de pistes pour faciliter le chemin.

Sur la page Facebook les parents ont du talent, je mets en ligne chaque jour un mandala à colorier.

Je suis disponible par téléphone, skype, Facetime (on trouvera bien un moyen), pour vous aider dans cette période difficile pour l’exercice de votre parentalité. Au tarif spécial de 20 euros la séance d’une heure. Réservation au 06 63 77 82 75.
Je reste bien sûr disponible aussi pour accompagner les enfants, et les jeunes sur leurs apprentissages. Je peux donner un coup de pouce pour organiser le travail des lycéens qui préparent le baccalauréat, mais aussi s’il leur reste des lettres de motivation pour les inscriptions parcours sup. On fera tout cela en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité : faites le calcul *