L’école à la maison pour tous, que faire ?

L’école à la maison pour tous, que faire ?

Comment organiser l'école à la maison, que faire ?

Si vous interrogez mes fils aujourd’hui sur ce qu’il leur reste de cette longue période d’instruction en famille, ils vous répondront que c’était nos temps de discussions sur la vie ! Autrement dit, tout ce que nous faisions qui n’était pas formel. Etre ensemble au repas et parler d’une information entendue ou simplement débattre de leurs questionnements existentiels. Bricoler tous ensemble, avoir un projet familial. Focaliser pendant quelques temps sur un intérêt commun, et mettre en œuvre des recherches, actions, pour le nourrir ensemble…En fait, rien de scolaire à proprement dit.

Si j’ai un regret à formuler sur ces années d’instruction en famille, c’est d’avoir été encore trop scolaire dans ce que j’ai pu leur proposer. Je pense que j’aurais pu m’appuyer encore plus sur les apprentissages autonomes.

Aujourd’hui, pour la grande majorité d’entre vous, la situation est bien différente. Il s’agit « de ne pas faire perdre une année scolaire aux enfants » ce qui rajoute encore bien du stress et de la pression au contexte ambiant.

Dans le contexte actuel, il y a une continuité pédagogique assurée par les professeurs. Les parents sont donc dégagés de l’organisation des apprentissages, ils leur faut par contre les mettre en œuvre et les accompagner. C’est là que les choses peuvent se corser ! Des témoignages de parents rapporte que la somme de travail proposée par les enseignants est souvent importante. Se rajoute à cela, le niveau d’exigence de chaque parent qui peut être très haut. Si en plus, l’enfant est plutôt lent et/ou peu motivé, le temps consacré aux activités formelles scolaire peut devenir vraiment très/trop long pour des capacités d’attention normales. Et forcément, tout cela fera naître des conflits entre parents et enfants.

Il y a aussi un point important à prendre en compte, c’est que cette période n’a rien de normale et que les enfants se posent des questions quand à la pandémie en cours et les risques pour notre santé. Ils ressentent fortement les angoisses des adultes, ils voient ou entendent des informations qu’ils ne comprennent pas complètement mais donc ils saisissent bien le caractère alarmant. Ils ne sont pas dans les meilleurs conditions pour des apprentissages scolaires sereins. En effet, le stress ressenti va directement aller saturer la mémoire de travail et ne va pas laisser de place à un apprentissage efficace. Et il ne suffit pas de dire « t’inquiète pas ! » pour régler la situation.

Tout cela pour répondre à la question : Que Faire ?

Ne pas laisser les enfants seuls devant des heures de travail scolaire. Les accompagner en choisissant de réguler le temps de travail quotidien(1 heure pour les primaires, 2 pour les collégiens, 3 pour les lycéens). Pour se faire, ne pas être plus royaliste que le roi ! ( ne pas remplacer le professeurs en ajoutant des leçons, des exercices, en exigeant de tout réussir et de tout connaître sur le bout des doigts)

Les exercices sont fait pour s’entraîner, on n’est pas obligé de tous les réussir, la correction autonome a, elle aussi, fonction d’apprentissage et d’aide à la compréhension.

Les leçons ont une progressivité dans leur conception, donc ce qui n’est pas encore réussi ou su parfaitement, sera revu plus tard. On se rassure là-dessus. (L’apprentissage des tables de multiplications se fait sur des années).

Ce qui marche pour nous, ne fonctionne pas forcément pour les autres. Inutile de faire copier trois fois un mot de vocabulaire, si ce n’est pas la préférence d’apprentissage de l’enfant. Peut-être vaut-il mieux qu’il l’épelle dans sa tête, ou qu’il porte attention à ses particularités, ou à ce qui est similaire à un autre mot, ou…

Observer, écouter l’enfant permet de mettre à jour ses préférences d’apprentissages et de faire des propositions plus adaptées.

Laisser faire certaines choses en complète autonomie, c’est à dire sans corriger ou vérifier, même si c’est mal fait. Et apporter de l’aide ou superviser seulement certains exercices ou leçons.

Pensez-y, pendant la longue pause de presque deux mois des vacances d’été, avez-vous remarqué que les enfants ne régressent pas dans leurs apprentissages, et que quelques fois, même, des nœuds se défont pendant ce temps là.

C’est la preuve que l’on peut apporter un peu de souplesse à la matière scolaire et que l’on se doit de consacrer du temps à des activités nourrissantes à faire ensemble, à passer de bon moment, à laisser du temps pour ne rien faire, à se parler et à être en lien pour se rassurer les uns les autres face à cette crise sanitaire. C’est ce qui sera le plus épanouissant et le plus formateur pour les enfants en ces temps troublés.

Et surtout Restez chez vous et Portez-vous bien.

Sur la page Facebook les parents ont du talent, je mets en ligne chaque jour un mandala à colorier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité : faites le calcul *