Il n’y a pas que l’école dans la vie

Il n’y a pas que l’école dans la vie

grenouille en peluche, appeau et paroles de chansonL. est venue me voir fin août, son année de Terminale la tétanise. Elle sent qu’elle ne va pas y arriver : pas supporter son année, pas avoir le bac !

A ma question en mind map, » comment vois-tu ta vie ?« , elle ne voit rien, juste que son année va être terrible. Elle ne sait plus ce qui fait sa joie dans la vieLa peur et le scolaire ont pris toute la place. (La séance suivant, L. a recontacté sa joie de vivre et se souvient qu’elle a des amis qu’elle aime et qui l’aiment, qu’elle s’éclate dans son club d’équitation…).

Quelques fois, nous, les parents, avons un peu tendance à présenter une seule facette de la vie à nos enfants, nos jeunes.

Nous sommes tellement inquiets pour leur avenir, tellement soucieux qu’ils trouvent une place dans la société, tellement pris dans le tourbillon de tout ce que nous devons faire, tellement soumis à la pression du monde du travail et du monde économique, que nous avons tendance à ne plus voir que les obligations, les difficultés, les améliorations à apporter. Et c’est ce que nous leur communiquons !

Lorsque nos seules questions sont à propos des notes et du comportement. Lorsque nous leur disons « Bon courage » avant l’école. Lorsque nous insistons sur les mauvaises notes. Quand nous ne parlons que des difficultés de notre journée… Nous leur présentons alors un bien triste regard sur la vie.

Un enfant inquiet, ressentant une pression sur sa réussite scolaire, sera beaucoup plus fragile dans ses apprentissages. Les neurosciences nous apprennent que le stress va envahir la mémoire de travail et qu’il ne restera plus de place pour mémoriser, comprendre, réfléchir…

Alors que pourriez-vous inventer pour que le scolaire n’envahisse pas l’espace entre vous et vos enfants, que la joie enfantine naturelle reste bien présente dans votre vie familiale ?

Je donne une conférence vendredi 14 octobre à la Médiathèque de Vezin le coquet en Ille et Vilaine, dans laquelle il sera question de cela pour « éviter la crise de nerfs à l’heure des devoirs ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité : faites le calcul *